Comment réussir en MLM : Mon interview avec Thomas Panisi

Aujourd’hui, j’aborde une question capitale qui vous trotte certainement dans la tête ! Comment réussir en MLM ?

Que vous soyez débutant ou non, vous rencontrez certainement les mêmes obstacles que beaucoup…

Entre les objections, les « non », le manque d’expérience, les doutes, le découragement, peut-être vous demandez-vous si on peut vraiment gagner de l’argent grâce au MLM…

Bref les obstacles ne manquent pas !

Pourtant le marketing de réseau aide des milliers de personnes à résoudre leurs problèmes financiers.

Certains atteignent même l’indépendance financière dont vous rêvez certainement !

Alors que est le secret pour réussir en MLM ?

Réponse dans cet interview avec Thomas Panisi, auteur du blog Objectif Leader et Régional Manager chez MWR Life.

Retrouvez en vidéos des conseils vraiment tops pour débuter une activité d’entrepreneur en marketing de réseau, mais aussi comment tenir sur la durée et atteindre des revenus intéressants.

Voici les questions que nous allons aborder lors de cet interview: 

  • Quels sont les points à vérifier avant de rejoindre une société de marketing de réseau ?
  • Comment développer une belle équipe ?
  • Quelles sont les difficultés qu’on peut rencontrer en développant une activité de marketing de réseau et comment les surmonter ?
  • Pourquoi et comment aider ses filleuls à réussir dans l’activité ?

Je remercie Thomas qui s’est prêté au jeu de l’interview et qui nous a révélé des infos vraiment géniales sur la réussite en MLM !

Retrouvez également cet interview retranscrit ci-dessous !

Allez c’est parti, cliquez sur la vidéo et découvrez les meilleurs conseils de Thomas pour vivre du MLM !

 

#

 

 

#1. Qu’est-ce qui t’a motivé à te lancer dans le marketing de réseau ?

Bonjour Priscillia et puis bonjour à toi qui regarde cette vidéo.

Depuis que j’ai finis mes études en 2009, j’ai toujours été entrepreneur.

J’ai été entrepreneur dans la restauration rapide.

J’ai eu des problèmes de santé qui ont fait que j’ai du me rabattre sur le salarial pendant 1 an ½.

Clairement, j’ai vu que c’était pas du tout fait pour moi mais bon, il faut bien payer les factures.

Et en fait, mi 2013, j’ai mon fils qui est né et ça a été le déclic.

J’ai toujours eu la flamme de l’entrepreneur.

Je me suis mis à faire des recherches sur quelque-chose que je pouvais entreprendre à la maison à temps choisi et c’est comme ça que j’ai découvert le marketing de réseau.

Parce que ça correspondait tout à fait à l’image de l’entreprenariat que j’avais, c’est-à-dire la notion de liberté en termes de temps, en termes de liberté physique parce qu’avec un simple téléphone, avec un ordinateur, une connexion internet, on peut travailler de partout.

Puis après il y avait le coté que j’aime aider les autres.

Donc faire une activité où je peux être payé à faire ce que j’aime, c’est un total bonheur.

 

 

#2. D’après ton expérience, quels sont les points à regarder avant de rejoindre une société de marketing de réseau ?

Premier critère :

Selon mes critères, c’est propre à moi, le point N°1 que je regarde, ce n’est pas tant la société mais LES PERSONNES que je rejoints.

Clairement, ce doit être des personnes avec qui on s’entend bien, qui sont compétentes, qu’on sait qui seront là pour nous accompagner, pas juste nous sponsoriser et pas juste faire de l’argent sur le dos.

Donc ça c’est selon moi le critère le plus important… au-delà la compagnie, il y a des choses importantes aussi, justement je vais en parler…

Les personnes avec lesquelles on travaille, c’est selon moi le facteur numéro un.

 

Mon deuxième critère : La société.

En premier lieu, je dirai, concernant les produits ou les services que la société distribue :

  • que ce soient des biens de consommation courante,
  • qu’il n’y ai pas nécessité de créer un besoin,
  • que ce soit quelque chose qui est déjà consommé par un maximum de personnes (ça c’est déjà le cas de la majorité des MLM).
  • qu’il y ait nécessité d’avoir des commandes régulières, un abonnement, quelque chose comme ça car c’est ça qui créé un revenu RECURRENT.

 

Troisième critère: La vision du ou des créateurs de la société.

Clairement, Il faut qu’il ait une vision long terme, que les choses évoluent.

On est bien conscient que dans toute entreprise, il y a nécessité de faire des ajustements et que Rome ne s’est pas bâti en un jour.

Mais qu’il y ait une vision long terme.

Qu’on voit qu’il y ait une réelle écoute pour le terrain aussi, une adaptation par rapport aux demandes du terrain, ça c’est quelque chose de très important pour moi.

 

Numéro 4 : Je dirai l’adaptation au terrain et la communication qu’a la société avec le leadership

Il y a beaucoup de sociétés qui sont trop commerciales, qui regardent que l’intérêt de la société et ont tendance à oublier le terrain.

Ou bien ça va profiter juste à une poignée de leaders tout en haut et 95-98 % des gens ne vont pas y trouver leur compte.

Quand une société prend en compte les demandes du terrain et adapte le plan de rémunération, les produits, les services, à la demande, c’est vraiment agréable d’être écouté.

 

 

#3. Aujourd’hui tu es chez MWR Life, comment as-tu réussi à développer ton équipe ces dernières années ?

Pour commencer, je dirai qu’une partie de la réponse est dans la question, déjà ça c’est fait EN ANNÉES.

Aujourd’hui ça fait un peu plus de 2 ans ½.

Clairement la réussite dans le marketing de réseau, que ce soit chez MWR Life ou toute autre compagnie, ça se fait sur la durée.

A moins de bâtir un château de carte ou d’avoir déjà une expérience de plusieurs années et de faire switcher son réseau, ça demande du temps.

C’est le marketing de réseau qui est fait comme ça.

On nous vante, à raison, la duplication.

Chez nous, c’est parrainer trois, qui font trois, qui font trois.

Peu importe, on peut prendre 4 ou 5.

Sauf que le plus dur, c’est au début.

Souvent, c’est de trouver ces trois premiers.

Ce n’est pas seulement trouver trois personnes, mais trouver trois personnes qui vont être ACTIVES et ENGAGÉES, qui elles-mêmes vont trouver trois personnes qui vont être ACTIVES et ENGAGÉES.

Déjà quand on atteint le palier deux, là ça commence à prendre de l’accélération, car 3*3 ça fait 9 et après 9*3, ça fait 27 et la ça commence à prendre de la vitesse.

D’ailleurs il y a plusieurs livres en marketing de réseau qui le disent :

La duplication, ça commence au troisième niveau, quand vous allez former vos filleuls de premier niveau à apprendre à vos filleuls de deuxième niveau à enseigner à vos filleuls de troisième niveau à parrainer.

Je parle que de parrainage mais c’est valable pour la vente de produits pour ceux qui sont dans des sociétés de produits.

Et ça c’est valable dans tous les business.

Clairement, il ne faut pas oublier que dans le MLM, on fait de l’entreprenariat et dans toute entreprise, toute activité confondue, généralement il faut à un entrepreneur minimum 3 ans voir 5 ans pour commencer à avoir une activité qui est déjà rentable, qui commence à décoller, etc.

Alors je ne suis pas en train de dire qu’il faille forcément 3 à 5 ans pour décoller en MLM.

Généralement, au bout d’un an SI on passe à l’action, ça commence à décoller.

Tout ça pour dire qu’un entrepreneur, il met on va dire 3 ans à avoir une activité qui est solide, qui commence déjà à être rentable, à se faire déjà au moins un smic, qu’il puisse vivre de son activité…

En tout cas, dans toutes les entreprises qu’on peut créer, tout secteur d’activité confondu, tout entrepreneur vous le dira, c’est plus difficile de passer de 0 à 1000€ que de passer de 1000 à 2000, 3000, 4000, 5000, etc.

D’autant plus dans le MLM avec l’effet de levier qui se met en place par la duplication !

 

 

#4. Justement, qu’as-tu mis en place pour ton équipe pour les aider à réussir dans l’activité ?

Premier point :

Alors ce que j’ai mis en place, c’est avoir un bon dossier de démarrage.

C’est donner à la personne, dès qu’elle démarre l’activité, la réalité des choses.

C’est-à-dire qu’il ne faut pas se bercer d’illusions.

Faut que les personnes qui fassent le marketing de réseau, dès le jour 1 où elles commencent, elles sachent que quand elles vont aller prospecter leur amis, leurs proches etc. (parce que c’est généralement les recommandations que l’on fait), c’est fort probable qu’il y ait des personnes qui leur disent qu’elles sont tombées sur la tête, que c’est une arnaque, qu’ils se sont fait embobiner, etc.

Et ça, ces choses-là, c’est vraiment important à préciser avant que les personnes aillent prospecter parce que quand on se fait mitrailler par des proches et qu’on n’est pas prévenu avant, émotionnellement c’est dure à digérer et ça fait que… j’ai plus les chiffres en tête mais je crois que c’est genre 80 % des gens qui abandonnent sur les trois premiers mois de démarrage.

Déjà ça, c’est la première chose, prévenir de la réalité, que ça semble simple mais ce n’est pas facile.

C’est un grand dicton mais en même temps c’est tellement vrai.

 

Deuxième point :

La deuxième chose, c’est tout simplement donner des méthodes, donner des scripts, donner toute une formation d’invitation, donner et offrir un support de formations régulier.

Nous on fait une formation une fois par semaine en groupe et vient qui veut.

Et après donner accès à des formations et ça, ça dépend des compétences de tout un chacun mais personnellement, j’ai pas mal de compétences sur tout ce qui est internet, réseau sociaux, etc.

Et de plus en plus, on les voit, toutes compagnies confondues, les personnes prospectent de plus en plus sur les réseaux sociaux.

Donc je fais des formations sur FACEBOOK et je donne accès aux personnes de mon équipe à cette formation pour qu’ils puissent y accéder.

Puis je pense au-delà de ça, ce sont les grands classiques :

  • Groupes Messenger,
  • Disponibilité au quotidien,
  • Quand la personne a besoin de faire une présentation à ses débuts parce que quand la personne démarre, c’est important qu’elle ait juste à inviter et que la présentation soit faite par sa up line.

Voilà ça c’est l’accompagnement pour les nouveaux.

 

Troisième point :

Et il y a un autre travail qui est plus délicat, c’est souvent où ça coince.

Pour avoir de la duplication, il faut savoir faire preuve de leadership, vite repérer les personnes qui passent le plus à l’action, les personnes qui vraiment prennent leur autonomie et qui ont bien compris que c’était un BUSINESS et que c’était de l’ENTREPRENARIAT.

Et donc ces personnes-là, même si c’est pas nos filleuls directs, même s’ils sont dans la profondeur, il faut aller les chercher pour les guider, pour accompagner les équipes, pour leur dire « fait attention à ci, fait attention à ça, tu devrais expliquer ça et ça ».

Il faut que tu les accompagnes.

Voilà faut arriver à trouver les leaders dans la profondeur et ça, c’est hyper important parce qu’on ne créé pas des leaders, on TROUVE des leaders.

Il y a des personnes qui démarrent cette activité, qui comprennent le potentiel, se mettent à fond, qui gagnent vite de l’argent et il y en a d’autres, beaucoup et c’est la majorité malheureusement qui, de par le fait du coût de démarrage, les frais fixes que chaque société engendre (généralement on est sur une moyenne d’une centaine d’euros par mois parfois un peu moins, parfois un peu plus selon la société)…

Clairement comme modèle entrepreneuriale, quand on a une vision d’entrepreneur, c’est ridicule.

Mais quand j’avais ma pizzéria, j’avais des charges de 3000 à 4000 euros par mois.

Le jour où j’ai démarré, j’ai posé 70.000 euros sur la table, clairement ce n’est pas comparable !

Du fait que ces charges soient si peu élevées, du coup les personnes ne prennent pas leur business au sérieux et ça c’est un peu regrettable.

C’est aussi notre travail de savoir trouver les personnes qui ont une vision, qui comprennent bien qu’elles sont le moteur de leur activité et d’aller les accompagner par la main, comme on prend par la main un filleul qui démarre, pour leur expliquer comment ça se passe en gestion d’équipe, en leadership, etc.

Parce que clairement pour avoir de la duplication (c’est là où ça devient intéressant), le gros du travail il est là en fait, parce que beaucoup de personnes, surtout dans le démarrage, veulent parrainer, parrainer, parrainer et encore une fois, c’est quelque chose que je répète souvent durant mes formations, c’est que quelqu’un a réellement démarré une fois que lui aussi a démarré quelqu’un, parce que là il commence à y avoir de la duplication.

Il faut qu’il y ait une certaine copie, une certaine reproductivité du système qui est mis en place par l’équipe.

Juste pour finir, l’explication tiens à une phrase : On ne créé pas les leaders, on TROUVE des leaders.

Clairement le mot leader est employé à toutes les sauces mais un leader, c’est simplement quelqu’un qui est motivé.

LEADER, si vous traduisez en français, c’est quelqu’un qui dirige sa vie, qui dirige son entreprise, qui prend la responsabilité de son business .

On peut faire des beaux discours de motivation pour chauffer les équipes comme ça se fait dans les évènements, mais clairement la motivation, ça ne tient pas sur la durée.

Donc il faut trouver des personnes qui se motivent elles-mêmes.

Et c’est avec ces personnes-là qu’il faut travailler EN PRIORITÉ parce que les personnes qui ne veulent pas s’aider elles-mêmes, on peut passer des heures et des heures à les accompagner, répéter les mêmes choses, on ne peut pas passer à l’action à leurs places.

Personnellement, moi qui aime beaucoup aider les autres, ça été quelque-chose de difficile à accepter au début.

Mais faire preuve de leadership, c’est aussi ça, parce que sinon on perd son temps et son énergie pour des gens qui n’en valent pas la peine… ce n’est pas qu’elles n’en valent pas la peine mais on ne peut pas prendre de décision à leur place en fait.

 

 

#5. Quelles sont les difficultés qu’on peut rencontrer en développant une activité de marketing de réseau et comment les surmonter ?

Moi j’ai 5 ans d’expérience je n’ai pas fait 10000 sociétés forcément.

J’en ai fait 3 ou 4 parce qu’au début, on a tendance à croire que l’un est plus meilleur qu’un autre alors que non, pas du tout.

Ça c’est le premier conseil que je peux vous donner.

Il faut trouver une équipe, trouver une compagnie qui vous convient.

Franchement de l’une à l’autre, les critères sont assez subjectifs.

De qui est le mieux ? Il y a des avantages et des inconvénients partout.

Et soyez-y FIDELE.

C’est ça la première chose que je pourrais vous dire, comparé à quelles sont les difficultés, comparé à comment les surmonter.

C’est déjà avoir la vision, comme je le disais juste avant, de l’entrepreneur.

La fameuse formule en 3/5/7. C’est une moyenne.

En moyenne, une personne qui démarre une activité de marketing de réseau, elle va mettre un an pour maitriser à peu près toutes les compétences, elle vas mettre trois ans pour en vivre et éventuellement quitter son job à moins qu’elle avait avant un job salarié à 5000 euros par mois donc là va falloir attendre un tout petit peu.

A cinq ans, en général, on commence à avoir des revenus à 5 chiffres ou en tout cas éventuellement une belle indépendance financière.

En 7 ans, on se créé des rentes qu’on peut carrément léguer à sa famille.

Donc ça c’est une moyenne.

Il y a des personnes qui vont plus vite et d’autres qui vont moins vite mais globalement de tout ce que je vois de toutes les sociétés confondues, c’est une loi qui se répète plutôt bien.

Donc déjà premier conseil : Soyez fidèle à votre société.

Ne tombez pas dans le piège de penser que l’herbe est plus verte ailleurs.

A moins que vous fassiez switcher tout votre réseau, clairement quand vous changez de compagnie, vous repartez de zéro.

Donc ça c’est vraiment très important et puis quand on change de compagnie, on doit aussi s’adapter aux services.

C’est aussi en ce sens qu’on repart de zéro, il y a tout un réapprentissage à faire.

Et pour revenir sur la globalité, clairement les difficultés que moi je vois, que mes équipes ont, ce sont les mêmes que dans toutes les sociétés de marketing de réseau.

Généralement de ce que je remarque la plupart du temps, c’est simplement le passage à l’action.

La loi des nombres est là.

C’est grosso modo 5 à 10% de nos prospects qui vont dire oui.

Et encore il faut savoir bien les inviter à une présentation, il faut que la présentation soit bien faite et que le suivi soit bien.

Pour quelqu’un qui débute, ça ne s’apprend pas en 15 jours.

Donc le conseil que je peux vous donner, c’est « Soyez pressé d’apprendre mais ne soyez pas pressé de gagner’’ parce que je vous le rappelle, vous démarrez un business avec quelques centaines d’euro, vous avez grosso modo 100 euros à payer chaque mois.

Peut-être que ça prendra 3 ans, peut être que ça prendra 5 ans, mais si vous êtes salarié aujourd’hui et que vous êtes à… je ne sais pas… disons 1500 euros ou 1700 euros par mois, je parle pour les français, avec des salaires comme ça, on le sait, on est pris à la gorge.

On paie des impôts.

On est des vaches à lait…

Mais quand peut être en 3 à 5 ans ça permet de se sortir de ce système-là, ça permet d’avoir une vraie liberté et clairement 3 à 5 ans sur une vie, c’est rien du tout.

Donc ça vaut le cout de payer le prix en terme d’apprentissage.

Jusqu’à présent, j’ai parlé d’argent mais clairement combien de personnes je vois dans mon équipe, dans d’autres sociétés, parce que je discute avec pas mal de networkers, pour qui le marketing de réseau, ça a changé leur vie !

Même si ce n’est pas financièrement parce que c’est l’école de la vie.

On apprend déjà à se connaitre soit-même et on affronte la peur du rejet, les excuses que trouvent les autres personnes, etc.

Le premier challenge, c’est déjà de SE CHALLENGER nous-même.

On va beaucoup apprendre sur nous-même SI on passe le cap de vouloir persévérer.

Donc ça, c’est le premier obstacle qui fait que 90% de gens échouent dans les 3 premiers mois.

Et après la richesse si on a passé ce cap-là.

C’est qu’on découvre : la richesse d’aider les autres, d’accompagner car chaque cas est différent, on fait des merveilleuses rencontres, on a des fabuleux produits, de fabuleux services.

Le MLM, c’est aussi ça.

Il y a toujours de très bon produits et de très bon services.

Nous deux, Priscillia, qui sommes dans le domaine du web, nous savons qu’il y a beaucoup de personnes, des gros du monde francophone qui disent que c’est une super bonne école, même s’ils sont passés à d’autres business pour X ou Y raison.

Clairement pour ça, ça vaut le coup de persévérer et après pour que la réussite financière soit au rendez-vous, soyez pressé d’apprendre EN PASSANT A L’ACTION.

Je reviens encore en arrière là-dessus parce que la première cause d’échec que je vois en marketing de réseau, c’est le manque d’action tout simplement.

Je dirais qu’en moyenne un débutant, il doit inviter 15 à 20 personnes… ou disons qu’il en invite 30… sur ces 30, il va en parrainer 3.

Ça fait du 10% et c’est une statistique déjà pas trop dégueu.

Et on passe sur la loi de Pareto, deuxième niveau : 20% de 3, ça fait 0,6.

Donc en faisant ça, on a même pas un filleul qui est valable, qui tienne sur la durée.

Au bout d’un moment, c’est à chacun de prendre ses responsabilités.

Je n’ai pas de conseils spécifiques et à la rigueur s’il y a un conseil spécifique à donner, c’est formez-vous en développement personnel.

Bouffez les livres, bouffez les audios.

Construisez-vous, votre mental, votre force de caractère parce que vous êtes le MOTEUR de votre activité et c’est la seule chose qui peut vous faire ternir et avancer sur la durée.

On dit que le marketing de réseau, c’est du développement personnel déguisé en business.

Et c’est bien vrai.

Les objectifs financiers, si on tient sur la durée, on finit toujours par les atteindre.

Même si ça prend trois ans, même si ça prend 5 ans, même si ça prend 10 ans de gagner 2000 euros par mois, si ce que vous faites aujourd’hui comme travail salarié ne vous convient pas, est ce que ça ne vaut pas le coup ?

Peut-être qu’il vous faudra 10 ans pour quitter votre emploi.

Pendant ces 10 ans, vous passez par des paliers à gagner 300, 500, 800, 1000, 1200, 1500 euros.

Généralement, comme j’ai dit tout à l’heure de 0 à 1000, c’est difficile.

Après ça devient beaucoup plus rapide.

Voilà clairement dans cette passe d’évolution, vous aurez aussi la fierté de commencer à gagner de l’argent par-rapport à vos proches.

Vous le verrez.

Moi aussi je l’ai vu ces fameuses personnes qui vous disent au début : « C’est une arnaque, tu rêves, etc ».

Je vois aujourd’hui combien j’ai d’amis qui dans mon propre cas me disent « Vraiment t’a persévéré, je suis fier de toi » et puis même qui s’intéressent au produit.

Et il y a certains qui changent carrément d’avis et en fait, c’est votre force de caractère qui va faire pencher la balance.

Je donne au passage la définition de force de caractère : « C’est continuer à suivre sa décision même quand l’excitation des débuts est passée ».

Et ça clairement, c’est quelque chose que vous avez en vous.

Si vous avez des enfants, il y a forcément des jours où ils vous énervent.

Mais ce sont vos enfants, vous ne les laissez pas tomber.

Je pourrais citer d’autres exemples mais j’ai pensé aux enfants parce que c’est le plus flagrant.

Votre business, c’est VOTRE bébé.

Prenez cette vision entrepreneuriale.

Un entrepreneur, il sait très bien que sa réussite se fait sur la durée et ça c’est valable dans le MLM et dans tout business.

Après l’avantage, c’est que sur la durée et je reviens encore sur ce que je disais dans la première partie, c’est la duplication qui se met en place et vous pouvez vous reposer entre guillemets si vous avez mis en place un système duplicable.

Derrière, vous récoltez les fruits de votre acharnement, de votre travail pendant peut-être 3 ans, 5 ans ou peut être moins.

Je parle d’une moyenne.

PERSÉVÉREZ, la clé est là.

Et formez-vous.

 

 

#6. Est ce que t’aurais peut-être un dernier conseil à donner ?

Mes derniers mots, c’est encore une fois qu’on est dans un temps de crise.

La crise, ça fait un moment qu’elle dure.

L’année prochaine et même encore pendant peut-être deux ans, ça va s’enfoncer encore plus.

C’est fort probable que ça soit encore pire que celle de 2008.

Il y a des grosses mutations dans nos sociétés.

Il y a des métiers qui disparaissent.

Les gens ont besoin de vous.

Regardez autour de vous.

Demandez autour de vous.

Ne serait-ce que gagner autour de 200 euros à 300 euros de plus par mois.

Il y a des gens qui font 2 ou 3 boulots pour aller chercher ça !

Vous avez un métier en or.

OSEZ !

 

 

En manque de prospects ? Télécharger votre guide OFFERT !

10 méthodes GRATUITES pour trouver 7 nouveaux prospects par jour

mlm formation conseil prospection

 

C’était « Comment réussir en MLM : Mon interview avec Thomas Panisi »

Priscillia Roger MLM conseil formation

 

 

 

 

 

Bonne réussite en MLM…

(Visited 130 times, 3 visits today)